Algérie : Hollande dans les pas de… Chirac

Algérie : Hollande dans les pas de… Chirac 20.12-Francois-Hollande-en-Algerie-930620_scalewidth_630

La visite officielle en grandes pompes de François Hollande en Algérie a-t-elle fait avancer les relations entre les deux pays ? Les avancées restent lentes. Décryptage.

«Je reconnais ici les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien pendant 132 ans : l’Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal. »

Ce discours de vérité était-il nouveau ? Non. Jacques Chirac le 8 mai 2005 avait reconnu le massacre de Sétif perpétré le 6 mai 1945 en des termes très durs : « le jour même où dans le monde triomphaient la liberté et la justice, la France manquait à ses valeurs universelles ». Même Nicolas Sarkozy s’était aventuré sur ce terrain délicat en décembre 2007 que le « système colonial a été profondément injuste, contraire aux valeurs de la République ». La veuve de Maurice Audin, militant communiste pro-indépendance très respectée à Alger a estimé ce discours « minimum du minimum ».

La page est-elle tournée ? « On avance bien », reconnaît Jean-Pierre Raffarin. Politiquement, les partis islamistes ont dénoncé « le refus d’avouer les crimes français ». Néanmoins, les députés les plus âgés, anciens combattants pour la plupart, les ministres en exercice ont applaudi le président français signifiant ainsi que ce discours suffisait et qu’il fallait changer d’ère. La délégation comptait neuf ministres, 200 personnes, ce qui vu d’ici paraît coûteux et pompeux mais est perçu comme une marque de reconnaissance à Alger.

La situation sur les visas va-t-elle se détendre ? Pas forcément. François Hollande a donné des signes d’ouverture et promis une meilleur fonctionnement des démarches et des facilités pour les étudiants et chercheurs notamment. Tout en formulant des conditions. Il demande à l’Algérie qu’elle ouvre plus largement « ses portes à ceux qui ont des souvenirs, des attaches familiales, affectives ou des projets professionnels ou personnels ». Allusion aux pieds-noirs et harkis notamment pas toujours bienvenus.

L’accueil a-t-il été chaleureux ? Plutôt. Lors de l’arrivée à Alger, la foule était enthousiaste mais semble-t-il triée sur le volet. Au Parlement comme hier soir à Tlemcen, le drapeau français a failli être oublié au profit du drapeau européen. Les jeunes au lycée de Tlemcen ont accueilli le Président avec sincérité et admiration aux cris de « one, two, three, viva Algérie » mais ils ont quand même fait état de revendications sur les visas et les équivalences de diplômes. Ils attendent pour juger sur pièces.

Les accords commerciaux sont-ils importants ? Six contrats ont été signés lors de cette visite alors que la Chine a finalisé une trentaine d’investissements en 2011. Le contrat de Renault à Oran s’effectue a minima Certes le constructeur a obtenu l’exclusivité du partenariat avec les entreprises algériennes, ce qui ralentira la progression des importations d’automobiles chinoises. Avec 25 000 véhicules produits dans sa future usine, la marque au Losange maintient ses parts de marché mais ne se donne pas de moyens de progresser.

Source Bien Public du 21/12/2012

1fenetresur3langues |
J'avoue. |
Charleville-Mézières |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Feminis
| Stephanemadaule
| Amanda McDonald